Interview : A la rencontre de Laila B., jeune illustratrice aux toiles vivantes

Pour l’interview Trendosphère de cette semaine, DYET est parti à la rencontre de Laila B., jeune artiste illustratrice marocaine très talentueuse qui propose des œuvres intéressantes poussant les spectateurs à méditer et interpréter l’histoire derrière chaque toile. 

Sans plus tarder, découvrons ensemble l’interview de Laila B. 

Q: Présentes toi pour le public qui ne te connait pas ? 

R: Je suis Laila Benseddik, artiste et illustratrice à Casablanca.

Q: Quel est le message que tu souhaites passer à travers tes créations ? 

R: L’idéal pour moi est que les gens puissent ressentir une émotion à travers ce qu’ils voient dans mes créations, qu’ils puissent se reconnaître dans les expressions faciales. 

Q: Décris nous ton style 

R: J’adore expérimenter et changer de format, j’aime switcher entre le papier, les toiles, les murs ou le digital. Je peux avoir des phases pendant lesquelles je vais être tournée vers un style abstrait et linéaire, et une autre vers des illustrations plus réalistes ou doodles rigolos. Les choses imparfaites ou même brouillon m’attirent plus que les univers aseptisés.

Q: Qu’est ce qui t’inspire dans tes créations ? 

R: Je suis fascinée par les expressions des visages ainsi que par le mouvement des corps, les gestes anodins de la vie quotidienne et ca se reflète souvent dans mes créations. J’aime le coté imparfait des choses, 

Q: Quel est ton projet favori ? Pourquoi ? 

R: Chaque projet a son histoire et sa spécificité, difficile pour moi d’en choisir qu’un seul. ils sont tous issus d’un moment particulier de ma vie. C’est vrai qu’il y en a qui sont plus spontanés que d’autres et ce sont peut être ceux dans lesquels je me retrouve le plus. Parfois à trop vouloir faire quelque chose de bien on finit par ne pas se lâcher ni se retrouver dans ce qu’on crée.

Laila B.

Q: Quelles sont les difficultés rencontrées dans ce domaine ? 
 
R: Le plus dur pour moi c’est de gérer la pression qu’on se met pour être productif et en même temps l’importance d’être spontané et relaxé pour faire de belles choses où l’on se reconnaît. C’est pas facile de trouver un bon équilibre.
 

Q: Parles nous de ton premier projet.

R: Il y a quelques années j’étais tombée très malade peu avant mon anniversaire. Ma mère m’a offert un chevalet, des toiles, de la peinture acrylique et des pinceaux. et c’est là ou j’ai réalisé mes premières toiles abstraites que j’affectionne particulièrement et sont accrochées chez elle.

Q: Qui est ton artiste préféré ? Pourquoi ? 

R: Mon artiste préféré du moment est Jon Burgerman, un peintre et doodler extraordinaire anglais basé à NY, qui n’a pas perdu son côté enfantin et me fascine avec ses toiles très colorées et drôles.

Q: Parle nous de ton dernier projet ? 

R: Je travaille en ce moment sur une série qui représente des corps entrelacés avec des couleurs contrasté, ainsi que des illustrations sur le thème de la femme.

Q: Quels sont tes projets futurs ? 

R: Mon côté architecte veut que je me lance dans la création de mobilier et installations éphémères.

 
Laila B.
 
Q: Parlons d’autres sujets maintenant, des séries que tu regardes actuellement ? Un film qui t’a marqué récemment?
 
R: Je suis à fond sur Rick and morty en ce moment ! Je ne m’en lasse pas. 
Pour ce qui est des films, j’ai beaucoup aimé the Mitchells VS the machines. Sinon comme films plus profonds,  je regarde beaucoup de thrillers espagnols en ce moment comme Hogar.
 
Q: Plutôt Game of Thrones ou Breaking Bad ?
 
R: Clairement Breaking Bad !
 
Q: Plutôt Picasso ou Dali ?
 
R: On va dire les deux. 
 
Q: Plutôt comédie romantique ou film historique?
 
R: Comédies sans romantisme mais j’adore aussi les films historiques.
 
Q: Si tu aimes le gaming, quel est ton jeu favori ?
 
R: Je ne suis pas du tout fan du gaming.
 
Q: Le son que tu écoutes en boucle ces derniers jours ?
 
R: Pas un son mais plutôt un album : Home Sweet Home de Polo & Pan
 
En s’inspirant des expressions faciales et mouvements du corps humain, Laila B. réussit à traduire les sentiments humains dans ses toiles. Adepte des nouvelles expériences, elle n’aura aucune difficulté à percer dans le domaine et se graver un nom parmi les grands. 
 
Plus d’articles Trendosphère ici